Avatar Unité de recherche TEMPORA

Colloques et journées d’étude

Ci-dessous, la liste des colloques et journées d'étude organisés (co-organisés) par des membres de Tempora, dans l'ordre rétrochronologique.

 

COLLOQUES en 2019

[sous réserve de compléments et modifications ultérieurs]

  • 17 et 18 octobre 2019

La personne en question dans les réseaux (5e rencontre du groupe Res-Hist)

Cette cinquième rencontre du groupe Res-Hist – collectif fondé en 2013 pour favoriser les échanges scientifiques des historiens travaillant sur les réseaux – posera le problème de l’accès à l’individu à travers des sources distinctes et des époques diverses, en valorisant les réponses que l’analyse de réseaux et les approches quantitatives peuvent y apporter. Les intervenants s'interrogeront sur l’usage qu’ils font des « personnes » dans les réseaux qu’ils reconstituent et analysent. Quelle place leur réservent-ils, en tant qu’entité ou liens ? L’analyse se situe-t-elle au niveau de la personne/individu, la dépasse-t-elle parfois pour s’intéresser plutôt à des « cercles sociaux » et qu’est-ce qui justifie de choisir un autre niveau d’analyse : en quoi est-ce un gain et/ou une perte d’informations ? Comment mettre en œuvre concrètement la prise en compte d’entités-personnes et d’entités-cercles sociaux ?

Org. : Isabelle Rosé (Tempora) et Karine Karila-Cohen (LAHM-CReAAH UMR 6566), en partenariat avec l'URFIST et la MSHB

Lieu : Rennes

 

  • 26-28 septembre 2019

Bertrand d'Argentré en son demi-millénaire. Autour du cinquième centenaire de la naissance de Bertrand d'Argentré (1519-2019)

Le 500e anniversaire de la naissance à Vitré de Bertrand d'Argentré offre l'occasion de proposer de nouvelles analyses du rôle et des écrits de cette personnalité au large rayonnement. Membre d'une famille d'officiers, vraisemblablement étudiant dans l'université de Bourges, président du présidial de Rennes, il s'inscrit dans l'espace politique et administratif breton au moment même où celui-ci est intégré au royaume. Son œuvre d'historien a eu pour sa part un important retentissement à l'échelle du royaume, où son Histoire de la Bretagne a suscité la controverse et même l'intervention du roi. Quant à son œuvre juridique, elle a eu un écho dans toute une partie de l'Europe, en particulier sa « théorie des statuts », reçue dans le Saint-Empire romain germanique, les Provinces-Unies ou les Pays-Bas méridionaux.

Org. : Philippe Hamon (Tempora), en partenariat avec l'Université Rennes 1 et l'Université de Nantes

Lieu : Rennes
    jeudi 26 septembre, 13h30-18h (1ère session) : Grand’ Chambre du parlement de Bretagne
    vendredi 27 septembre : 8h30-13h (2e session) et 14h30-18h (3e session) :  Archives départementales d’Ille-et-Vilaine
    samedi 28 septembre : 8h45-13h (4e session) : Archives départementales d’Ille-et-Vilaine

 

  • 13-14 juin 2019

Les institutions catholiques d'enseignement secondaire en France à l'époque contemporaine

L’objectif de ce colloque est double. Il s’agit tout d’abord de renouveler le regard sur l’enseignement catholique, 25 ans après le colloque de Toulouse organisé par Nadine-Josette Chaline et Gérard Cholvy, en se penchant sur un niveau d’enseignement relativement délaissé par l’historiographie, à savoir le secondaire. Si les monographies d’établissement abondent, rares sont les publications qui offrent une vue d’ensemble sur le fonctionnement de ces institutions. Le but de ce colloque est donc de contribuer à dissiper les zones d’ombre, tant dans le domaine administratif que pédagogique ou pastoral. Par ailleurs, au terme de leur enquête circonscrite à l’académie de Rennes actuelle, les organisateurs souhaitent confronter le terrain breton avec la réalité nationale, afin de généraliser ou de nuancer les conclusions auxquelles ils sont parvenus. La question qui se pose en toile de fond est de savoir dans quelle mesure les "terres chaudes" de l’enseignement catholique se distinguent qualitativement des régions où celui-ci est peu présent.

Org. : Samuel Gicquel et Frédéric Le Moigne (CRBC) 

Lieu : Ploërmel (Maison-mère des Frères de l'Instruction chrétienne)

plus d'informations

Programme

  • 27-28 mai 2019

Théâtre en guerre. Acteurs, auteurs, publics en temps de guerre

Tandis que de nombreuses études ont été consacrées au rôle du théâtre dans la construction de la mémoire de guerre, ainsi qu’à la représentation de la guerre sur scène, le rôle du théâtre pendant le conflit et les multiples situations dans lesquelles il se manifeste n’ont pas suscité la même attention de la part des chercheurs. En temps de guerre, au sein des armées comme dans les situations de confinement, à l’arrière comme dans les villes assiégées ou dans les zones occupées, l’activité théâtrale a souvent pu continuer de s’exercer, a dû trouver de nouvelles formes d’expression et a fourni à des populations qui en temps de paix étaient étrangères à l’art du théâtre un levier pour faire face à des situations extrêmes. Ce colloque se propose d’explorer les multiples facettes du théâtre en temps de guerre, sans restrictions chronologiques, de façon résolument interdisciplinaire.

Org. : Yann Lagadec et Valeria Pansini (Tempora), en partenariat avec Sandra Cureau (CREC), Anne Debrosse (CREC) et Giovanna Sparacello (CELLAM)

Lieu : Guer (Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan) et Rennes (Campus Villejean)

Appel à communication bilingue : français anglais

 

JOURNÉES d'ÉTUDE et ATELIERS en 2019

[sous réserve de compléments et modifications ultérieurs]

 

  • 29 novembre 2019

La fabrique de l’espace religieux centre-européen au Moyen Âge III : Paroisses, doyennés, archidiaconés

Org. : Marie-Madeleine de Cevins (Tempora) et Olivier Marin (Pléiade - Paris 13)

Après une première journée consacrée à la fabrique pontificale de l'espace centre-européen et une seconde aux diocèses et provinces ecclésiastiques, on prolongera la réflexion en s'intéressant cette fois aux micro-structures : paroisses, doyennés et archidiaconés. Comme dans les rencontres précédentes, l'approche spatiale sera privilégiée.

Lieu : École Normale Supérieure de la rue d'Ulm (Paris)

Programme

 

  • 2 et 3 mai 2019

L'hérésie à l'époque grégorienne (Xe-XIIe siècle)

Cette rencontre reprend à nouveaux frais la question de l’hérésie sur une large séquence grégorienne, entre la fin des querelles dogmatiques carolingiennes sur la nature du Christ et la lente mise en place de la théocratie pontificale. En raison du rôle qu’a joué l’hérésie dans les travaux antérieurs consacrés à cette séquence chronologique, plusieurs questions méritent d’être posées. Peut-on encore parler aujourd’hui d’un « Printemps des hérésies » autour de l’an Mil et quel sens conférer aux affaires d’hérésies qui furent dénoncées au début du XIe siècle, appréhendées par l’historiographie mutationniste comme des résistances à la « Révolution féodale »? De quelle manière le discours dénonçant les hérésies nicolaïtes et simoniaques émergea-t-il et dans quelle mesure peut-on y voir un phénomène grégorien ? Comment comprendre le fait que, dans bien des cas, l’accusation d’hérésie semble avoir été portée contre des partisans de la réforme grégorienne ? Pourquoi les Grecs commencèrent-ils à percevoir les latins, dont ils devenaient de plus en plus distants, comme des hétérodoxes ? Enfin, plus largement, pourquoi est-ce sur cette séquence chronologique que naquit un nouveau genre de texte : la polémique anti-hérétique ?

Org. : Isabelle Rosé (Tempora), dans le cadre du GIS HéPoS

Lieu : Rennes, Campus Villejean , Bâtiment N salle 104

Programme 

 

  • 1er et 15 mars 2019

Journées "Métier de chercheur.e"

En sciences humaines et sociales, toutes disciplines confondues, l’écriture est partie prenante du processus de production des connaissances. Et les chercheurs de ces disciplines passent en principe une grande partie de leur temps à écrire : articles, ouvrages, contributions à des colloques, recensions, mais aussi rapports d’expertise, évaluations, demandes de financement... Quel rapport entretiennent-ils avec cette activité si particulière ?  Comment écrivent-ils ?
Les imaginaires associés à l’écriture littéraire, celle-ci étant auréolée d’une sacralité particulière, ont-ils encore cours, doivent-ils encore avoir cours, dans un monde sans cesse renvoyé à l’idéal positiviste des sciences « exactes » ? Les injonctions à l’internationalisation et à la numérisation n’ont-elles pas pour effet, au terme d’une division du travail qui distingue définitivement la science de l’art et le vrai du beau, de renvoyer la figure artisanale de l’intellectuel tenté par l’écriture à un passé pré-scientifique ? Certaines disciplines ne vont-elles pas jusqu’à revendiquer comme étalon de scientificité la mise à distance des formes « littéraires » d’écriture du savoir ? Devenant « scientifique », l'écriture devient-elle pour autant toujours fonctionnelle, transitive, profane ? Les « auteurs » disparaissent-ils au profit de collectifs (co-écriture, co-signature...) ? Comment l'écriture savante s'est-elle imposée, avec ses codes, ses façons d'argumenter, de démontrer, de produire un matériau ? Comment la rigueur scientifique s'est-elle faite discours ?
Les deux journées d’étude du Cycle pluriannuel « Métier de chercheur/e » organisées par et à la MSHB les 1er et 15 mars 2019 s’efforceront d’explorer ces questions en mobilisant, autour de deux grands témoins (Arlette Farge, Nathalie Heinich), des intervenant/es de toutes disciplines (enseignants-chercheurs et doctorant/es) développant des pratiques d’écriture très diverses, selon une polarité qui va de ce que l’on pourrait appeler la « tentation littéraire » (Histoire, Arts-Lettres, Anthropologie, Sociologie, Philosophie ?) jusqu'à ce qui s'apparente davantage à un alignement sur les pratiques des sciences « dures » (psychologie expérimentale, lexicométrie, économie...). Ce sera l’occasion d’interroger des objets aussi divers que le droit à la subjectivité du chercheur, la rhétorique savante, l'argumentation scientifique (administration de la preuve, effet de réel...), l'écriture à plusieurs mains, l'incitation à publier en anglais, la pratique des blogs, la socialisation à l'écriture des jeunes chercheurs, le statut du « livre » en SHS...

Org. : Florian Mazel (Tempora) et Christian Le Bart (IEP Rennes)

Lieu : Rennes, MSHB

Programme ici

 

  • 27 février 2019

Autour de l'oeuvre de Grégory Hanlon

Org. : Philippe Hamon (Tempora)

Lieu : Rennes, Campus de la Harpe salle LH207

Programme ici

 

  • 13 février 2019

Les sciences sociales et l'histoire des révolutions russes : disciplines, méthodes, interprétations

L’histoire des révolutions russes vient d’être particulièrement mise en lumière à travers les publications nombreuses, en français comme en d’autres langues, parues pour le centenaire de 1917. Beaucoup de ces travaux récents, de recherche inédite ou de synthèse, sont le fait d’historiens de formation et de profession. Cependant d’autres chercheurs en sciences humaines et sociales1 écrivent aussi sur l’histoire des révolutions russes. Ils se posent des questions parfois différentes, ou abordent les mêmes questions que les historiens mais sous un autre angle. Souvent leurs problématiques trouvent d’abord leur place dans des débats propres aux disciplines dont ils sont issus. Leurs façons de traiter le « matériau historique » ou les « sources historiques » passent par des concepts et des méthodes que les études universitaires en histoire manient peu ou ne connaissent pas. Et néanmoins ces chercheurs font souvent un usage intensif des travaux publiés en histoire. Il n’est pas toujours évident que la réciproque soit vraie, c’est-à-dire que les historiens de profession accordent autant d’attention aux analyses et lectures faites de l’histoire des révolutions russes en sociologie, économie, démographie ou encore en philosophie.

Org. : Michel Tissier (Tempora)

Lieu : Rennes, Campus Villejean

Programme ici

 

  • 8 février 2019

La fabrique de l'espace religieux centre-européen au Moyen Âge (II) : Primaties, provinces et diocèses

Après une première journée consacrée à la fabrique pontificale de l'espace centre-européen, on s'intéressera aux cadres ecclésiastiques supérieurs : primaties, provinces et diocèses. Mêlant les approches institutionnelle, spatiale et sociale, on en déterminera le périmètre et les pôles, les fonctions et les usages, entre la fin du Xe et le milieu du XVIe siècle. On accordera une attention privilégiée aux créations atypiques, éphémères ou hybrides, en particulier dans les zones de contact avec la chrétienté orientale.

Org. : Marie-Madeleine de Cevins (Tempora) et Olivier Marin (Pléiade - Paris 13)

Lieu : Paris, ENS Ulm

Programme ici

 

  • 10 janvier 2019

Rennes 1720  – l'incendie de Rennes en 1720 [Atelier]

Élément clef de la mémoire rennaise, le grand incendie de 1720 n’a à ce jour par été étudié en lui-même. Cette première rencontre vise à organiser la préparation scientifique de l'événement, laquelle prendra la forme d'une publication collective et probablement d'un colloque en 2020.  

Org. : Gauthier Aubert et Georges Provost (Tempora)

Lieu : Rennes, Campus Villejean

 

 

COLLOQUES en 2018

  • 11-12 octobre 2018

Rapports ordinaires au genre

La question des rapports entre genres constitue un domaine de recherche bien institutionnalisé. Ont été abordés les rapports sociaux de genre en eux-mêmes, tels qu’ils sont vécus au quotidien par les individus lambda, ainsi que les positionnements militants organisés autour de ces rapports. Aucune recherche systématique n’a en revanche tenté de croiser ces deux problématiques pour n’en former qu’une : nombre d’acteurs, sans s’inscrire dans un militantisme organisé, mobilisent en effet des discours sur le genre et les femmes pour intervenir dans leurs domaines d’activité propre (médias, politique, médecine, justice etc.). Dans quelle mesure ces jeux sur et avec le genre, ces usages - et mésusages - contribuent-ils in fine à façonner les rapports sociaux de sexe ? Les discours ordinaires sur les excès et effets pervers du féminisme, ou encore le déni du genre comme catégorie d’analyse pertinente, les propos tenus sur les femmes constituent autant d’appropriations ordinaires des rapports sociaux de sexe et des luttes qui en sont l’objet. Ce colloque interdisciplinaire et international interroge la manière dont ces discours traitent des modes de domination caractéristiques de différents espaces sociaux et constituent autant de manières de contester leur transformation ou de justifier leur perpétuation.

Org. : Fanny Bugnon (Tempora), en partenariat avec les laboratoires ACE et Arènes

Lieu : Campus Villejean et MSHB

Programme ici

 

  • 4-6 octobre 2018

Le corps des souverains dans les mondes hellénistique et romain

L'objectif de ce colloque est d'étudier la place et le traitement du corps du prince hellénistique et de l'empereur dans un corpus de sources large, en exploitant à la fois les sources littéraires, les traités de physiognomonie et de médecine, la statuaire et les reliefs, les monnaies. Trois axes d’approche sont privilégiés : la question de la codification du corps du prince à travers la comparaison des sources textuelles et iconographiques ; les types de mise en scène du corps princier et les objectifs de ces mises en scène ; la question des oppositions ou continuité dans les normes et traditions grecques et romaines relatives au corps royal. Ce colloque s’inscrit dans une perspective chronologique large faisant appel à l’histoire médiévale, période pionnière dans l’étude du « corps du roi ».

Org. : Anne Gangloff (LAHM-CReAAH) et Gilles Gorre (Tempora) 

Lieu : Campus Villejean, Amphi Renan (B 8)

Programme ici

 

 

 

 

  • 24-27 mai 2018

Contester au Moyen Âge : de la désobéissance à la révolte (49e Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public)

Désobéissance, dissidence, rébellion, révolte, révolution... les figures de la contestation constituent un domaine de recherche qui, s’il fut largement exploré dans les années 1960-1970, porté par les vents de l’époque, fut ensuite traité de façon plus ponctuelle et diversifiée. À l’heure où la nouvelle historiographie de l’hérésie revisite les rapports entre désobéissance et rébellion, où l’histoire intellectuelle réexamine la destinée de figures contestataires et où les grandes révoltes suscitent un regain d’intérêt, comme en témoignent plusieurs publications récentes ainsi, par exemple, que le programme ANR « Culture des révoltes et des révolutions », sans doute est-il temps d’en relancer l’étude, sans nécessairement évoquer les anniversaires des années en ..8 (660e de la Jacquerie, 640e de la révolte des Ciompi... 50e de Mai 68), ni l’expérience de Rennes (et de Rennes 2) en matière de contestation.


Org. : Florian Mazel avec les médiévistes de Tempora, et le Bureau de la SHMESP

Lieu : Rennes (MSHB - Amphi Robert Castel - et Champs Libres) 

Programme (attention : lieu du congrès modifié les 24 et 26 mai : voir supra)

 

 

 

 

  • 17-19 mai 2018

Modes et vêtements : collecte, exposition et recherche dans les musées de petite et moyenne taille en Europe

Le colloque veut attirer l’attention sur les enjeux et les potentialités des musées de petite et moyenne taille, pris entre des attentes aussi diverses que celles des publics, des autorités de tutelle, des politiques patrimoniales développées au niveau des États, et des pôles de la recherche scientifique.

Org. : Jean-Pierre Lethuillier (GIS ACorSo)

Lieux : Strasbourg (Grand Auditorium des Musées de la Ville de Strasbourg) et Haguenau (Musée Alsacien)

Programme

 

  • 5 et 6 avril 2018

Rareté et livres rares du XVe au XXIe siècle (avec exposition)

Le concept de la rareté est fondamental dans l’analyse des livres de ses origines à aujourd’hui. Le livre rare fait la joie des bibliothécaires, la fierté des bibliophiles, le profit des bouquinistes, et prend une place démesurée dans l’imaginaire du grand public qui découvre le monde du livre. Or cette rareté est complexe et multiforme, allant de l’unique exemplaire d’une édition ancienne à avoir survécu aux périples du temps au livre d’artiste créé expressément dans le but d’être rare, recevant dès sa création une numérotation qui la valorise. Cette journée d’étude a pour but, en lien avec l’exposition qui sera en place à la Bibliothèque Universitaire, d’explorer ce thème riche et interdisciplinaire. Il regroupera des spécialistes provenant du domaine tant de Rennes 2 et de la Bibliothèque nationale de France que d’universités françaises et internationales.

Org. : Malcolm Walsby et Ann-Marie Hansen, en collaboration avec le CELLAM

Lieu : Université Rennes 2, Bibliothèque Universitaire

 

JOURNÉES d'ÉTUDE en 2018

  • 29 mars 2018 

Comment travailler sur la violence des femmes ? Approches transversales et méthodologiques

Les mouvements de libération des femmes apparus dans les années 70 ont pensé la femme comme une victime de la domination masculine. C’est pourquoi, la question de la violence a été abordée sous l'angle de la violence sur les femmes ; et la violence féminine est restée longtemps un aspect oublié, peut être même nié et occulté. Mais la recherche s'est aujourd’hui emparée du sujet, dans des domaines très différents : histoire, sociologie, psychologie, littérature, communication... Cette journée se propose donc de réunir des chercheurs de différentes disciplines qui travaillent sur la violence féminine. Le but est de confronter les méthodes, les démarches, les outils de manière à enrichir le point de vue de chacun. 

Org. : Marie-Christine Delamotte, avec Dominique Godineau et Fanny Bugnon

Lieu : Campus Villejean

Programme

 

  • 23 mars 2018

La fabrique de l'espace religieux centre-européen au Moyen Âge. Journée I : La papauté et l'Europe centrale

Se pourrait-il que l’Église médiévale ait façonné notre manière de penser l’espace centre-européen ? Cette hypothèse en forme d’interrogation, inspirée par les travaux menés depuis trois décennies environ sur la représentation de l’espace au Moyen Âge et sur ses usages politiques de l’Antiquité à nos jours, de même que, du côté des géographes, par la réflexion théorique autour de la notion de territoire, servira de fil directeur à une série de rencontres scientifiques qui se tiendront en principe deux fois par an, du printemps (ou de l’automne) 2018 au printemps 2021. Trois entrées guideront la réflexion : celle des cadres administratifs (pastoraux, fiscaux, de formation, etc.) définis par les agents de l’institution ecclésiale en Bohême, Hongrie et Pologne entre le début du XIe siècle et les reconfigurations du milieu du XVIe siècle, cadres dont on déterminera le périmètre et les pôles, les fonctions et les usages, ainsi que les répercussions hors du champ strictement religieux ; secundo, les systèmes de représentation ayant forgé la conception qu’avaient les médiévaux de l’espace centre-européen (« savoir » antique, références bibliques, littérature de voyage, mappemondes et autres outils de connaissance du terrain) ; enfin, la question des acteurs qui, depuis le « centre » romain ou sur place, ont contribué à forger la géographie ecclésiastique de l’Europe centrale – sous l’emprise des filtres culturels précédemment mentionnés, par souci d’efficacité dans l’accomplissement de leurs tâches, en réponse à une situation exceptionnelle ou bien encore mus par des préoccupations personnelles. La première rencontre (le vendredi 23 mars 2018), adoptera le point de vue du « centre » romain. Elle évaluera les effets de la vision qu’avait la papauté de l’Europe centrale sur la géographie religieuse de la région. 

Org. : Marie-Madeleine de Cevins (Tempora) et Olivier Marin (Pléiade – Université de Paris 13)

Lieu : Paris, ENS Ulm (Salle d'Histoire, esc. D, 2e ét.)

Programme

 

  • 15-16 mars 2018

La notation des fonctionnaires (XIXe-XXe siècles)

La notation des fonctionnaires telle qu’elle est pratiquée depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale et le statut de 1946 subit depuis les années 1990 une crise importante dans un contexte de transformation (néo-)libérale du service de l’État. À la notation, pratique qui s’inscrit dans une logique statutaire de gestion collective des carrières, se substitue en effet de plus en plus l’évaluation, qui s’inscrit dans une logique tout autre d’individualisation des parcours professionnels (Rangeon, 1992). Cette mutation, encouragée par les pouvoirs publics, a donné lieu à des rapports (par ex. celui du Comité d’enquête sur le coût et le rendement des services publics en juillet 2008), connu des applications (voir le décret du 16 décembre 2014 qui substitue l’entretien individuel à la notation pour tous les agents de la fonction publique territoriale) et encouragé des projets (par exemple l’idée de modulation des services des enseignants-chercheurs au vu de leur production scientifique individuelle). Les contempteurs de cette évolution pointent la fin de l’État unitaire et de la fonction publique qui le sert et se scandalisent de la marginalisation des syndicats et du caractère éventuellement arbitraire de la décision de l’évaluateur, impliqué dans des rapports interpersonnels avec les évalués. Ceux qui, au contraire, se félicitent de cette évolution soulignent l’épuisement du processus traditionnel de notation, qui laisse aux notateurs une marge très étroite d’appréciation et ne permet ni de récompenser le travail des plus méritant(e)s, ni de sanctionner celui des moins impliqué(e)s dans leurs tâches.  Il existe toutefois un double point commun dans ces prises de position opposées : d’une part, elles mettent en lumière l’importance du lien entre appréciation du travail des agents publics et gestion de ce personnel, d’autre part, elles ne possèdent généralement comme point de référence que la date de 1946 comme si l’aspect problématique de cette relation entre notation/évaluation et gestion des personnels n’avait surgi qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le premier objectif de cette proposition de dossier consiste donc à rendre à ces débats la profondeur historique qui leur manque. 

Org. : Pierre Karila-Cohen et Jean Le Bihan

Lieu : Archives Départementales (15 mars) et Campus Villejean (16 mars, salle N 323)

Programme

 

 

COLLOQUES en 2017

 

  • 14 et 15 décembre 2017 : 

Louise de Quengo. Les funérailles multiples des élites bretonnes à l'Époque moderne

La découverte de la sépulture de Louise de Quengo au Couvent des Jacobins offre un remarquable point de départ pour aborder l’étude des sépultures aristocratiques provinciales de l’Époque moderne. Le colloque, ouvert à tous, organisé par la SAHIV, l’INRAP et le Musée de Bretagne (Champs Libres), avec la participation de l'unité de recherche Tempora, propose une approche pluridisciplinaire autour d’archéologues, d’historiens, d’anthropologues, biologistes, généticiens et archéobotanistes, ayant comme objectif commun de brosser un tableau le plus complet possible de ces funérailles particulières, à l’interface de la biologie et de la culture. 

Organisation : Daniel Pichot (Tempora et SAHIV) – INRAP – Musée de Bretagne

Lieu : Rennes, Les Champs Libres

Programme

 

 

 

  • 7 et 8 décembre 2017 : 

Territorial governance and state representatives in the long 19th century / Administration territoriale et représentants de l’État au XIXe siècle
Circulation of knowledge, models and men / Penser les circulations des savoirs, des modèles et des hommes 

Organisation : Pierre Karila-Cohen (IUF - Tempora) et Martijn van der Burg (Open Universiteit)

Lieu : Bruxelles, Campus Vrije Universiteit

Programme

 

 

 

 

  • 8 et 9 juin 2017 : 

Dom Michel Le Nobletz, "Ar beleg fol" / le prêtre fou. Mystique et société en Bretagne au XVIIe siècle

L’objectif scientifique de ce colloque organisé à l'initiative des Archives diocésaines de Quimper et de l'Institut culturel de Bretagne est de réunir, pour la première fois, une diversité de regards sur les taolennou de Michel Le Nobletz et les textes qui leur sont liés : historiens des arts (en incluant l’analyse technique des pigments utilisés pour les taolennou), historiens, littéraires, celtisants, géographes. Le regard sur ces images s’en trouvera évidemment renouvelé. Une attention particulière sera portée aux textes, avec la perspective de publications nouvelles, au-delà même des actes de ce colloque.

Organisation : Georges Provost – CRBC – CéSor

Lieu : Douarnenez, Auditorium du Port-Musée

Programme

 

 

 

 

 

JOURNÉES D'ÉTUDE en 2017

 

  • 3 octobre 2017 : L'analyse de réseaux en archéologie, géographie et histoire : quelles entités pour quelles enquêtes ?

L'analyse de réseaux est un outil quantitatif auquel diverses sciences sociales ont recours depuis les années 1950, d'abord la sociologie, puis à des rythmes divers l'archéologie, la géographie et l'histoire. La journée proposée entend comparer les usages de ces trois disciplines en se focalisant sur l'objet de l'enquête : entre quelles entités cherche-t-on à étudier des relations et pour quelle question de recherche ? Il s'agit donc tout autant de présenter un outil quantitatif que de faire réfléchir sur la définition qualitative d'un objet d'étude.

Organisation : Isabelle Rosé et Karine Karila-Cohen

Lieu : Université Rennes 2 - Bâtiment S salle 203 le matin, Amphi E 3 l'après-midi

Programme

 

  • 25 avril 2017 : Saisir les lieux d'enfermement et les systèmes répressifs par le patrimoine

Le but de cette journée d’étude réunissant des chercheur.e.s de diverses disciplines (histoire, sociologie et criminologie) est de faire le point sur les travaux menés sur la patrimonialisation des lieux d’enfermement et des systèmes répressifs et sur les perspectives ouvertes par ce champ encore neuf dans l’espace francophone, à l'occasion notamment de la parution de The Palgrave Handbook of Prison Tourism (dir. par Jacqueline Wilson, Sarah Hodgkinson, Justin Piché et Kevin Walby). La journée s'organisée autour de trois axes : 1. mémoire et commémoration ; 2.  patrimonialisation et muséographie ; 3. pratiques touristiques et publics.

Organisation : Fanny Bugnon, Sophie Le Coq (Rennes 2), Gwénola Ricordeau (Clersé – Lille 1)

Lieu : Université Rennes 2 - Bâtiment N salle 104

Renseignement et inscription : gwenola.ricordeau [at] univ-lille1.fr

Programme

 

  • 24 mars 2017 : Récit et roman national. Enjeux et perspectives de l'enseignement de l'histoire en France

Les débats publics et les enjeux politiques autour du récit national/roman national ont atteint un tel degré qu’ils ne sauraient échapper plus longtemps à une réflexion d’ordre historique sur cette question. Ce travail passe d’abord par la présentation de recherches récentes sur l’histoire scolaire permettant de déconstruire nombre d’idées reçues véhiculées aujourd’hui dans l’espace public. Aussi précieuse soit-elle, cette analyse apparaît insuffisante. À partir d’une réflexion épistémologique et d’acquis historiographiques, il s’agira aussi d’interroger ce que peut l’histoire dans les mises en forme de passés à transmettre dans le cadre scolaire. 

Organisation : Patricia Legris

Lieu : Paris, Centre Mahler

Programme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARCHIVES : colloques et journées d'étude organisés en 2016 et 2015

 

COLLOQUES

 

  • 2-3 juin 2016 : Les couvents mendiants dans l’économie du Sacré en Europe centrale (v.1220-v.1550)

Le colloque de clôture du programme ANR MARGEC examine l'inscription des couvents mendiants d'Europe centrale (Bohême, Pologne, Hongrie) dans l'économie du Sacré – au sens de Robert Scribner – de la fondation de ces établissements aux mutations des années 1550. Il mesurera ce que leur fonctionnement matériel devait à une vision du salut qui, en contexte chrétien, était présentée par théologiens et pasteurs comme un échange continu de biens temporels contre des biens spirituels. Un schéma dont l'application de Europe centrale se heurtait à un environnement social peu urbanisé, dominé par le groupe nobiliaire et agité de dissidences religieuses.

Organisation : Marie-Madeleine de Cevins

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Salle des Thèses


  • 8-9 octobre 2015 : Préfets et gouverneurs dans l’Europe du XIXe siècle – Un état des lieux

                       

Au XIXe siècle, les préfets et sous-préfets français ont des équivalents dans l'Europe entière : Oberpräsidenten, Regierungspräsidenten et Landräte prussiens, Statthalter et Bezirkshauptmänner autrichiens, gouverneurs suédois, russes, espagnols, préfets italiens de l’Italie unifiée à partir des années 1860, préfets roumains, créés pendant la même décennie sur le modèle français. Que signifie administrer un territoire dans l’Europe du XIXe siècle ? C’est toute la question du gouvernement des hommes qui est posée ici, dans la sphère des idées et au niveau des luttes de partis, mais aussi dans ses implications et applications les plus concrètes.

Organisation : Pierre Karila-Cohen

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Salle Jacques Léonard 


 

JOURNÉES D'ÉTUDE

 

  • 9 novembre 2016 : Statuts personnels et relations économiques en Europe (XIVe-XIXe s.). Sources et méthodes d'analyse

Organisation : Michel Tissier

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Amphithéâtre du Pôle numérique


  • 16 juin 2016 : Dire et raconter les révoltes à l'époque moderne

Organisation : Gauthier Aubert et Stéphane Jettot (ANR CURR)

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Salle Jacques Léonard


  • 28 mai 2016 : Suzanne Citron, un engagement multiple

Organisation : Patricia Legris

Lieu : Paris, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne


  • 3 février 2016 : Quel avenir pour les églises du XIXe siècle ?

Organisation : Samuel Gicquel

Lieu : Rennes, Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 rue Jacques Léonard

 


  • 21 janvier 2016 : Étudier la guerre

Organisation : Frédéric Dessberg (CREC), Yann Lagadec, Valeria Pansini, Erik Schnakenbourg (CRHIA)

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Amphi L3


  • 8 janvier 2016  : La notion de domination et son utilisation dans les sciences sociales

Organisation : Philippe Hamon

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Salle Jacques Léonard


  • 19 novembre 2015 : Archéogéographie et histoire médiévale

Organisation : Magali Watteaux et Florian Mazel

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Salle Jacques Léonard


  • 10-11 décembre 2015 : Méthodes quantitatives et outils numériques appliqués à l'Antiquité et au haut Moyen Âge

Organisation : Anna Heller (CeTHIS), Karine Karila-Cohen (CReAAH), Isabelle Rosé 

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Salle N 104


  • 2 octobre 2015 : Rennes en calendriers à la fin du Moyen Âge

Organisation : Emmanuel Grélois

Lieu : Université Rennes 2 - Campus Villejean - Salle Jacques Léonard