Avatar SUIO-IP

Mineure de complément Philosophie

Cette mineure de complément est seulement destinée aux étudiants inscrits en licence de Sociologie et de Lettres


Licence 2 :

- 2 UE à choisir parmi les 4 proposées
- Les cours d’  « Histoire de la philosophie 1 » et de « Philosophie morale ou politique » auront lieu sur les plages réservées aux mineures de complément.
- Si vous souhaitez suivre les enseignements d’«Histoire de la philosophie 2» et de «Philosophie de l’esprit», prière de vérifier leur compatibilité avec votre emploi du temps.

Semestre 3    

« Histoire de la philosophie 1 »

Enseignant : Jean-Christophe BARDOUT

Emploi du temps : Mardi 13h/15h

Descriptif de l’enseignement : Berkeley. Lecture des Principes de la connaissance humaine.
Le cours se propose d'introduire à la lecture du premier grand ouvrage métaphysique de Berkeley, un des fondateurs de l'empirisme classique. L'ouvrage se situe aux confins de la théorie de la connaissance et de la métaphysique, qu'il articule de manière originale à la question du langage.

Bibliographie :
- Berkeley, Principes de la connaissance humaine, traduction in Oeuvres, PUF (coll. Epiméthée, vol. I).
Des références bibliographiques complémentaires seront données en cours.


« Histoire de la philosophie 2 »

Enseignant : François Calori

Emploi du temps : Mercredi 14h/16h

Descriptif de l’enseignement : La Critique de la raison pure de Kant.
En prenant pour fil directeur la lecture de la Critique de la raison pure, ce cours proposera une introduction à la problématique transcendantale kantienne tout en s’efforçant de rendre compte de ses interprétations et prolongements contemporains les plus féconds.

Premières lectures :
Textes
- Kant : Critique de la raison pure, trad. Alain Renaut, Paris, Garnier Flammarion, 2006.
- Kant : Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, trad. Guillermit, Vrin.
Commentaires introductifs
- Grandjean, Antoine, La Philosophie de Kant, Paris, Vrin, 2016.
- Guillermit, Louis : Leçons sur la Critique de la raison pure de Kant, édité par Michel Fichant, Vrin, 2008.
- Rivelaygue, Jacques : Leçons de philosophie allemande, tome II, Le Livre de poche, Librairie générale française, 2003.
 

« Philosophie morale ou politique »

Enseignant : Luca PALTRINIERI

Emploi du temps : Mercredi 16h15/18h15

Descriptif de l’enseignement : Philosophie politique : « Qu'est-ce que un bon régime politique? »
Nous sommes habitués à penser que la démocratie est le meilleur régime politique et pensons généralement celle-ci sous sa forme représentative. Pourtant, depuis l'antiquité non seulement la pensée politique a contesté l'idée que la démocratie serait la meilleure forme de gouvernement, mais encore on a pu affirmer que l'élection constituait un procédé de type oligarchique, alors que le tirage au sort avait, lui, des effets intrinsèquement démocratiques. Comment la démocratie représentative a pu-t-elle s'imposer comme l'horizon indépassable de la politique moderne et contemporaine ? Pourquoi assiste-t-on aujourd'hui à un intérêt croissant pour le tirage au sort et les expériences de démocratie participative? À travers la lecture des quelques textes classiques, en nous concentrant sur la question du meilleur régime de gouvernement, nous essayerons de répondre à ces questions.

Bibliographie indicative :
- Jean Bodin, Les six livres de la République, Paris, Fayard, 1986.
- Montesquieu, De l'esprit des lois, Paris, Garnier-Flammarion, 1979
- Rousseau, Du contrat social, Paris, Flammarion, 1992.
- John Stuart Mill, Considérations sur le gouvernement représentatif, Paris, Gallimard, 2009
- Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1996
- Catherine Colliot-Thélène, La démocratie sans le démos, Paris, PUF, 2011.

 

« Philosophie de l’esprit 1 »

Enseignant : Stéphane LEMAIRE

Emploi du temps : Jeudi 14h/16h

Descriptif de l’enseignement : Introduction à la philosophie de l’esprit et à la philosophie de l’action
La philosophie de l’esprit prolonge la réflexion des auteurs classiques, Descartes, Leibniz, Spinoza, etc. sur les relations qu’entretiennent le corps et l’esprit. Elle cherche ainsi à déterminer d’abord comment il faut comprendre les phénomènes mentaux, psychologiques dans un monde physique. Elle ne néglige pas en outre une coopération avec toutes les sciences qui se rapportent au cerveau ou aux comportements humains, afin d’en avoir une meilleure compréhension. Ainsi s’intéresse-t-elle aux antécédents de l’action, désirs ou raisons, aux émotions, à la perception, au raisonnement, à cognition sociale et morale, etc. Ce premier cours s’attachera à présenter les éléments centraux de ce champ pour accéder à la recherche contemporaine.

Bibliographie indicative :
- Kim, Jaegwong, Philosophie de l’esprit, Ithaque.

 

Licence 3 :

- 2 UE à choisir parmi les 5 proposées
- Les cours de « Philosophie du langage » et de « Philosophie générale » auront lieu sur les plages réservées aux mineures de complément.
- Si vous souhaitez suivre les enseignements d’ « Histoire de la philosophie », de « Philosophie morale ou politique », prière de vérifier leur compatibilité avec votre emploi du temps.

Semestre 5   

« Histoire de la philosophie 1 »

Enseignant : Jean-Christophe BARDOUT

Emploi du temps : Lundi 18h30/20h30

Descriptif de l’enseignement : Hume, lecture du Traité de la nature humaine (livres I et II)
Le cours s'attachera à dégager les thèses fondamentales du Traité de Hume, en portant une attention particulière à la théorie de la connaissance, la question de la causalité, de l'identité personnelle et des passions.

Bibliographie :
- édition recommandée : Traité de la nature humaine, tr. fr. GF/Flammarion (vol. 1 et 2)


« Histoire de la philosophie 2 »

Enseignant : François Calori

Emploi du temps : Mardi 13h/16h

Descriptif de l’enseignement : Les Principes de la philosophie du droit de Hegel
Ce cours consistera en une lecture suivie des Principes de la philosophie du droit de Hegel, un livre difficile mais passionnant, qui permettra d’aborder certaines des problématiques les plus décisives de la philosophie du droit, de la philosophie politique et de la philosophie de l’histoire, tout en s’efforçant de ménager une introduction progressive aux principes fondamentaux de l’œuvre hégélienne.

- Hegel, G.W.F. : Principes de la philosophie du droit, édition critique établie par J.-F. Kervégan, Quadrige, PUF (3ème édition, avec les additifs d’Eduard Gans), 2013.
 

« Philosophie générale »

Enseignant : Stéphane LEMAIRE

Emploi du temps : Jeudi 16h15/18h15

Descriptif de l’enseignement : « La perception : sa fonction, son caractère phénoménal et comment elle permet la connaissance »

Intuitivement, la perception nous ouvre sur le monde, nous donne accès au monde. Pour autant l’argument de l’illusion et de l’hallucination semblent montrer à l’inverse que nous n’avons aucun accès direct au monde. Ce débat qui remonte au moins à Descartes soulève à la fois la question du rôle épistémique de la perception et de sa nature. Ce sera donc l’occasion en premier lieu de présenter les théories des représentations mentales et plus généralement les théories du contenu mental en distinguant les différentes formes de contenus (propositionnel, non-conceptuel, indexical, etc.) et les façons de les comprendre (sémantique des mondes possibles, théorie frégéennes du contenu). En second lieu, ce sera l’occasion de discuter de la nature de la perception en se demandant si elle est expérience d’un objet mental, représentation ou relation au monde. Enfin, ce sera l’occasion d’aborder le débat en épistémologie entre les approches internalistes et externalistes de la connaissance. Ceci ouvrira aussi, mais seulement au passage, une porte vers les théories contemporaines de la conscience phénoménale.

« Philosophie morale ou politique »

Enseignant : Luca PALTRINIERI

Emploi du temps : Jeudi 14h/16h

Descriptif de l’enseignement : Philosophie politique : « Production et reproduction. Introduction à l'économie politique féministe »
Ce cours porte sur l'histoire philosophique du concept de reproduction, entendu au sens large comme reproduction de la force de travail et corrélat invisible de l'exploitation économique. Dans la première partie du cours, on lira un certain nombre de textes de la tradition politique (Aristote, Hobbes, Locke, Rousseau, Marx) à travers le filtre de la critique féministe. On verra ainsi comment, dans la modernité, une distinction se creuse entre deux formes de gouvernement : le gouvernement économique du sujet d'intérêt masculin, dans l'espace du commerce ; le gouvernement des mœurs dans l'espace privé de la maison, responsabilisant la femme vis-à-vis de la procréation. Dans la deuxième partie du cours, des textes d'économie politique féministe seront donnés à la lecture et puis discutés ensemble en classe.

Bibliographie indicative :
- Silvia Federici, Caliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation, Entremonde, 2014.
- Geneviève Fraisse, Les deux gouvernements : la famille et la cité, Paris, Gallimard, 2000.
- Carole Pateman, Le contrat sexuel, Paris, La Découverte, 2010.
- Christine Delphy, L'ennemi principal, tome 1 & 2, Paris, Syllepse, 2013.
- Christine Delphy, Diana Leonard, L'exploitation domestique, Paris, Syllepse, 2019.
- Gayle Rubine, Judith Butler, Marché au sexe, Paris, EPEL, 2001.
 

« Philosophie du langage 2 »

Enseignant : Filipe DRAPEAU-CONTIM

Emploi du temps : Mercredi 16h15/18h15

Descriptif de l’enseignement : La théorie de la référence directe
Cet enseignement constitue le second volet du cours inauguré en 2ème année de licence avec l’examen de la théorie frégéenne du sens et de la dénotation. Nous procéderons cette année en deux temps. Tout d’abord, nous verrons comment sous l’influence de la théorie des descriptions définies de Bertrand Russell, les idées de Frege ont conduit à l’élaboration d’un puissant paradigme qui a dominé toute la philosophie du langage jusqu’au début des années 1970 : le descriptivisme du sens et de la référence des termes singuliers. Nous retracerons ensuite la « révolution » anti-descriptiviste qui éclate avec les travaux de Saul Kripke, Hilary Putnam, David Kaplan et Keith Donnellan. Ce nouveau courant ne se contente pas d’une réfutation en règle du descriptivisme. Il offre aussi un nouveau paradigme, connu aujourd’hui sous le nom de « théorie de la référence directe » (TRD), dans lequel le sens et la référence des noms propres, des démonstratifs et des termes d’espèce sont conçus en termes de désignation rigide et de relations causales. Le cours sera en grande partie consacré à un examen et une défense de la TRD, mais il s’intéressera aussi aux répercussions de la TRD en philosophie de l’esprit, notamment dans le débat qui oppose l’internalisme et l’externalisme du contenu des états mentaux.

Bibliographie :
- Drapeau Contim, F. & Ludwig, P., Kripke, référence et modalités, PUF, 2005.
- Kripke, S., La logique des noms propres, Éditions de Minuit, 1982.
- Putnam, H., « la signification de ‘signification’ » in Fisette, D. & Poirier, P. (éds), Philosophie de l’esprit, tome II, Vrin, 2003.
- Putnam, H., Représentation et réalité, Gallimard, 1990.
- Récanati, F., Philosophie du langage, Folio essais, 2008.
- Récanati, F., Direct Reference, Blackwell, 1993.
- Russell, B., « De la dénotation » in Écrits logiques et philosophiques, PUF, 1989.