Avatar Département d'Arts du spectacle

Pause théâtre : programme des rencontres

Pause théâtre 2021-2022

Salle Pina Bausch, 1er étage, bât. Erève. 12h45-13h45.

Un cycle de rencontres proposé par le Département Arts du spectacle, en partenariat avec les structures culturelles de Bretagne

Prendre le temps de la pause déjeuner pour rencontrer des acteurs de l’actualité théâtrale, tel est le principe de cette pause théâtre ouverte à tous.

En une heure, une fois par mois, ces pauses offrent l’occasion de découvrir un artiste, un projet, un métier, un spectacle, pour mieux comprendre l’univers du spectacle vivant, réfléchir ensemble à un geste artistique et nourrir la réflexion sur la création d’aujourd’hui.

Ces pauses théâtre s’adressent à tous les curieux de la création scénique contemporaine et espèrent ouvrir un nouvel espace de dialogue entre l’université et la vie culturelle.

Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

 

Nos pauses reprennent en « présentiel », nous nous en réjouissons. Cependant, elles ne seront accessibles que sur présentation du passe sanitaire. Jusqu’à nouvel ordre, il faudra le présenter à l’entrée de chacune de ces rencontres.

 

Semestre 1

Illusionnisme baroque d’hier et d’aujourd’hui

Jeudi 30 septembre 2021 / 12h45 – Le Tambour, bât. O

Claire Dancoisne, metteuse en scène, co-fondatrice du théâtre de La Licorne, sculptrice, marionnettiste et artiste du théâtre d’objets.

En 1711 est créé à Londres le premier opera seria de Haendel. Commande de l’entrepreneur Aaron Hill, ce spectacle à machines ultrasophistiqué est conçu pour éblouir le public : contant les aventures du chevalier Renaud et de la magicienne Armide, tirées de l’épopée du Tasse, La Jérusalem délivrée, il fait se succéder changements de décor, trucages et oiseaux véritables. Comment recréer aujourd’hui, à l’heure du triomphe des effets spéciaux hollywoodiens, la magie du spectacle baroque ? Que peut la matérialité du théâtre face à l’hypnose que suscite la technologie moderne ? La poésie des marionnettes et des objets scéniques les plus contemporains peut-elle nous frayer un chemin vers la naïveté – toute relative – du spectateur du XVIIIe siècle ?

Rencontre modérée par Laura Naudeix (MCF en études théâtrales) et Brigitte Prost (MCF-HDR en études théâtrales), en partenariat avec l’Opéra de Rennes.

À voir :
Rinaldo, « Machinerie à rêves pour opéra baroque », de Aaron Hill, Giacomo Rossi et Georg Friedrich Haendel, mise en scène de Claire Dancoisne, direction musicale de Damien Guillon, Ensemble Le Banquet Céleste, Opéra de Rennes, du 27 septembre au 3 octobre 2021 et Théâtre de Cornouailles, les 13 et 14 octobre 2021.

Crédit photo : © Pascal Perennec

 


 

Temps Fort Festival du TNB

Réponses de l’art à notre temps (1) : traverser le chaos

Jeudi 18 novembre 2021 / 12h45 – salle Pina Bausch, bât. Erève (R)

Maguy Marin, chorégraphe.

« S’approcher... là où, dans les profondeurs des couches sédimentées, tressées en un palimpseste sur lequel nous vivons, il fait sombre. Interroger les morts. […] S’exercer à l’obscurité, pour que nos yeux finissent par distinguer les détails qui, dans l’histoire, fondent et produisent des évènements inondés par la lumière éblouissante et partisane des pouvoirs, subtilisant à nos yeux les causes cachées qui les ont produites. Et tenir tête face à des barbaries toujours réinventées. » Y aller voir de plus près est la dernière création de Maguy Marin, inspirée notamment de l’ouvrage de Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse. Ce spectacle sera l’occasion de revenir plus largement sur la démarche de cette immense chorégraphe, qui, hors des cadres d’un champ artistique établi, n’a de cesse de proposer un art de résistance, où la violence de notre monde sourde, où le passé irrigue le présent et où les destinées individuelles se voient reliées à l’humanité.

Rencontre organisée en partenariat avec le TNB et le Triangle et modérée par Bénédicte Boisson (MCF en études théâtrales).

À voir :
Y aller voir de plus près, conception de Maguy Marin, du 16 au 20 novembre au Triangle, dans le cadre du festival du TNB.

Crédit photo : © Tim Douet

 

 

Réponses de l’art à notre temps (2) : mise en jeu de soi et renouveau des représentations

Vendredi 19 novembre 2021 / 12h45 – salle Pina Bausch, bât. Erève (R)

Rébecca Chaillon, metteuse en scène, autrice et performeuse 

La création Carte noire nommée désir trouve ses origines dans la participation de Rébecca Chaillon à un documentaire donnant la parole à 24 femmes afro-descendantes et mettant en lumière les discriminations systémiques liées à leur situation particulière. Occasionnant une prise de conscience de sa « négritude » et de la manière dont il lui avait fallu d’abord se construire comme tout le monde, c’est-à-dire « théâtralement blanc. Au masculin », Rébecca Chaillon ouvre avec Aurore Déon un temps de recherche leur permettant d’explorer comment leur désir et leur identité étaient traversés d’injonctions paradoxales. Sur le plateau avec six autres femmes artistes noires, dont les pratiques artistiques sont également « intriquées à leurs histoires intimes », elles explorent ces questions et tentent de dessiner une autre histoire ainsi que des récits et imaginaires alternatifs.

Cette pause théâtre sera l’occasion de revenir sur cette proposition mais aussi sur le parcours et l’engagement de Rébecca Chaillon.

Rencontre organisée en partenariat avec le TNB et l’Aire Libre et modérée par Bénédicte Boisson (MCF en études théâtrales).

À voir :
Carte noire nommée désir, texte et mise en scène de Rébecca Chaillon, du 18 au 20 novembre à l’Aire Libre, dans le cadre du festival du TNB.

Crédit photo : © Su Cassiano

 

 

Réponses de l’art à notre temps (3) : un « documentaire participatif »

Vendredi 26 novembre 2021 / 11h45 – salle Pina Bausch, bât. Erève (R)

Anna Rispoli, artiste en espace public

Anna Rispoli, italienne installée à Bruxelles, situe sa démarche entre pratique artistiques et activisme et explore les liens « humains-villes-identités ». Les formes qu’elle propose s’inventent en fonction des nécessités de chaque projet. Avec A certain value, Anna Rispoli et Martina Angelotti s’intéressent à des modes intenses de mutualisation et de partage, dans des groupes aussi hétérogènes que les femmes de la prison de Rennes, des professionnel.le.s de l’art basé.e.s à Bruxelles partageant un seul et même compte en banque, ou des enfants hongrois en lutte contre l’inaction climatique de leur gouvernement. L’ensemble des témoignages collectés deviennent un script pour une forme hybride, un « documentaire participatif », grâce auquel les spectateurs pourront le temps d’une soirée incarner la voix et le point de vue d’un.e autre, découvrir d’autres pratiques et entrer dans le débat. Cette rencontre nous permettra de revenir sur les liens entre art et action politique et sur les inventions formelles que cela implique.

Rencontre organisée en partenariat avec le TNB et les Tombées de la Nuit et modérée par Bénédicte Boisson (MCF en études théâtrales).

À voir :
A certain value, conception et recherche d’Anna Rispoli et Martina Angelotti, avec les témoignages de Common Wallet (Bruxelles), des habitant·es du Squat 59 St-Just (Marseille), des détenues du Centre Pénitentiaire des Femmes (Rennes), d'élèves de l'École Primaire et du Mars Program private learning group (Budapest) et de membres de la Comunità Italiana (Genk), du 25 au 27 novembre à Hôtel Pasteur, dans le cadre du festival du TNB

Crédit photo : © Anna Rispoli et Martina Angellotti

 


 

Un théâtre dans un paysage

Mercredi 08 décembre 2021 / 12h45 – salle Pina Bausch, bât. Erève (R)

Simon Gauchet, acteur, metteur en scène, et plasticien

Simon Gauchet est diplômé en 2012 de l’École Supérieure du Théâtre National de Bretagne (TNB). En tant qu’acteur, il a travaillé avec Eric Lacascade, Stanislas Nordey, François Tanguy, Thomas Jolly, Benjamin Lazar et Bernard Sobel.

Il est fondateur de l’École Parallèle Imaginaire au sein de laquelle il crée des processus de création singuliers qui questionnent nos capacités d’imagination. Il invente ainsi des projets dans l’espace public avec Le Radeau Utopique, une expédition en radeau, ou le Pays, un sentier-fiction ; dans des théâtres avec L’Expérience du feu, le Projet Apocalyptique, l'Expérience de l'Arbre, le Beau Monde ; ou encore dans des musées avec les projets Le Musée Recopié, Faire Campagne ou l'Atlas des sociétés futures.

Simon Gauchet est aussi responsable de l’accompagnement artistique du Théâtre de Bécherel

Il évoquera avec nous la pré-figuration de ce théâtre par le biais d’expériences artistiques qui ont permis de créer des usages et des appropriations du lieu, permettant de penser la place de ce lieu sur un territoire, et la participation des habitants à sa ré-invention.

Rencontre modérée par Dominique Chrétien (PAST), avec les étudiants du Master 2 « Médiation du spectacle vivant à l’ère du numérique »

À voir :
ecoleparallele.com

Crédit photo : © Simon Gauchet

 

 

Semestre 2

Nouvelles écritures scéniques

Jeudi 27 janvier 2022 / 12h45 – salle Pina Bausch, bât. Erève (R)

Johanny Bert, marionnettiste, metteur en scène, acteur

A travers des dispositifs divers, élaborés au gré des projets, Johanny Bert déploie, notamment au sein de sa compagnie le Théâtre de Romette, un langage théâtral singulier, confrontant l’acteur, l’objet et la forme marionnettique. Ici, Hen, « diva enragée et virile à talons », personnage exubérant au corps pouvant se transformer à l’envi, se dévoile dans un récit musical, « inspiré des cabarets berlinois des années 1930 ou de la scène queer actuelle ». Mettant en avant la fluidité des identités et des genres – Hen est un pronom suédois entré dans le dictionnaire en 2015 permettant de désigner indifféremment un homme ou une femme –, le spectacle renoue alors avec la tradition libertaire et subversive du spectacle de marionnettes. Avec Johanny Bert, nous reviendrons sur cette création et sur la manière dont la marionnette, medium d’invention infini pour de nouvelles représentations du corps, permet d’ouvrir les possibles et de transcender les assignations.

Rencontre organisée en partenariat avec la Paillette et modérée par Bénédicte Boisson (MCF en études théâtrales).

À voir :
Hen, conception et mise en scène de Johanny Bert, les 26 et 27 janvier, à la Paillette.

Crédit photo : © Christophe Raynaud de Lage

 


 

Artistes de la Coopération "Itinéraires d’artiste(s)" 2021 et 2022

Jeudi 3 février 2022 / 12h45 – salle Pina Bausch, bât. Erève (R)

Delphine Battour, metteuse en scène
Nicolas Petisoff, comédien, auteur, metteur en scène.

Dans le cadre de la Coopération « Itinéraires d’artiste(s) », une douzaine d’équipes artistiques est accueillie en résidence, soutenue et accompagnée par Au bout du plongeoir et d’autres structures culturelles des régions Bretagne, Pays de Loire, et Normandie. Cette coopération, qui se déploie chaque année, est l’opportunité de mettre des moyens en commun pour l’accompagnement des artistes et aider à la création, à la diffusion et plus largement à la visibilité de leurs projets.

Lors de cette pause théâtre, plusieurs artistes viendront présenter les expériences artistiques menées dans le cadre de cette Coopération et témoigner de l’intérêt d’initiatives comme celle imaginée par Au bout du plongeoir et ses partenaires.

Rencontre organisée en partenariat avec Au bout du plongeoir et modérée par Dominique Chrétien (Professionnel associé au département Arts de spectacle).

À voir :
Le site d’Au bout du plongeoir : www.auboutduplongeoir.fr

 


 

Donner la parole aux invisibles (Temps 1)

Jeudi 24 février 2022 / 12h45 – salle Pina Bausch, bât. Erève (R)

Caroline Guiela Nguyen, auteure, metteure en scène

« Avec FRATERNITÉ, Conte fantastique, Caroline Guiela Nguyen fait apparaître un univers amputé d’une part de lui- même : dans un futur proche, une partie de la population mondiale disparaît subitement de la surface de la Terre. Pour combler le vide immense qui se crée après cette catastrophe, celles et ceux qui sont encore là inventent un nouveau type de lieu, le « Centre de Soin et de Consolation », où lutter ensemble contre le temps et l’oubli. Convoquant 13 interprètes de toutes générations et de tous horizons sur scène, le spectacle repose sur un pari : la sensibilité humaine est un bien partagé par tous et toutes, et peut devenir une force fédératrice si on s’en empare ensemble. Cela démarre sur le plateau, avec des singularités différentes qui ont su prendre soin les unes des autres. Cela se poursuit par l’assemblée d’un public agrégé, heureux de se retrouver. Cela pourrait rayonner au-delà du théâtre » 

Cette rencontre sera l’occasion de questionner Caroline Guiela Nguyen sur son processus de création, et notamment sur le recueil de témoignages qui fut à l’origine de ce projet. En effet, la metteure en scène, pour écrire cette « fiction futuriste », s’est rendue dans des centres sociaux, des centres de soins, et au Service de rétablissement des liens familiaux, qui tente de rapprocher des personnes disparues de leurs familles.

Rencontre organisée en partenariat avec le TNB et modérée par Sophie Lucet (professeure en études théâtrales).

À voir :
Fraternité, conte fantastique, texte et mise en scène de Caroline Guiela Nguyen, du 23 février au 3 mars 2022 au TNB. https://www.t-n-b.fr/programmation/spectacles/fraternite-conte-fantastique

Crédit photo : © Jean-Louis Fernandez

 


 

Rencontre avec Béatrice Massin

Mercredi 30 mars 2022 / 12h45 – amphi B4, bât. B

Béatrice Massin, chorégraphe

Danseuse contemporaine et spécialiste de danse baroque, fondatrice en 1993 de la compagnie Fêtes Galantes, Béatrice Massin propose des créations à la recherche d’une danse baroque contemporaine. En 2018, elle initie le projet « La Fabrique des écritures », proposant à des chorégraphes extérieurs de composer avec et pour les interprètes de sa compagnie. De ces rencontres sous le thème de la recherche et de l’expérimentation naîtraient des résonnances riches : création à partir d’un autre matériau et vocabulaire différents pour les artistes invités, confrontation à d’autres univers artistiques pour les danseuses et danseurs de la compagnie. Mikhaël Phelippeau et Gaëlle Bourges ont créé les deux premiers opus de cette fabrique. A l’occasion de la présentation de ces pièces, nous reviendrons avec Béatrice Massin sur ce projet, sur les croisements toujours féconds entre imaginaires présents et lointains et sur les visages possibles d’un baroque contemporain.

Rencontre organisée en partenariat avec le Triangle et modérée par Bénédicte Boisson (maîtresse de conférences en études théâtrales) et Laura Naudeix (maîtresse de conférences en études théâtrales).

À voir :
Lou + Loulou (la petite pelisse), Mickaël Phelippeau + Gaëlle Bourges / Béatrice Massin, mardi 29 mars au Triangle. https://letriangle.org/agenda/lou-loulou-la-petite-pelisse

Crédit photo : Lou © Hans Lucas et Loulou © Sébastien Andreani

 


 

Donner la parole aux invisibles (Temps 2)

Mercredi 13 avril 2022 / 12h45 – salle Pina Bausch, bât. Erève (R)

Massimo Dean, metteur en scène

Le Rance n’est pas un fleuve est une création théâtrale, à partir d’un texte inédit d’Yvon Le Men, avec un groupe de quinze sans-abris, à l’initiative de projet Massimo Dean / Kali&Co. Les sans-abris y seront les vrais protagonistes, invités à participer et à poser un geste artistique. Au-delà de l’apport personnel pour chacun et quel que soit son âge et sa situation sociale, la dimension intergénérationnelle de l’expérience vient concrétiser des valeurs sociétales que sont le partage, la solidarité, le respect. Elle rend ainsi tangible l’appréhension des différences et des similitudes entre les personnes, tout en redonnant son sens plein au lien social et en militant pour une société dans laquelle chaque individu a sa place et sa raison.

Cette rencontre sera l’occasion de questionner un processus de création singulier : plusieurs années ont en effet été nécessaires pour écrire un texte poétique se faisant l’écho de destins chaotiques autant que riches, et pour construire collectivement la structure d’un spectacle.

Rencontre organisée en partenariat avec le TNB et modérée par Sophie Lucet (professeure en études théâtrales).

À voir :
Le rance n’est pas un fleuve / Les épiphaniques, texte Yvon Le Men, mise en scène de Massimo Dean, 18 et 19 mars puis 15-23 avril au TNB. https://www.t-n-b.fr/programmation/spectacles/le-rance-nest-pas-un-fleuve

Crédit photo : © Richard Louvet

 


 

Pour la saison 2021-2022, La Pause théâtre est organisée en partenariat avec : l’Opéra de Rennes, Le TNB, l’Aire Libre, le Théâtre de Bécherel, l’Ecole parallèle imaginaire, la Paillette, Au bout du plongeoir, Le Triangle, Les Tombées de la Nuit et le Service culturel de Rennes 2.

 

Avec le soutien de : le Service Culturel et le CREA de Rennes 2