Valorisation des SHS, les universités mobilisées pour faire reconnaître leur savoir-faire

Autre info

Les vice-présidents recherche de plusieurs universités françaises se sont retrouvés lundi 13 novembre 2017 pour une réunion de travail sur la valorisation et l’innovation en sciences humaines et sociales.

Les vice-présidents recherche de plusieurs universités en sciences humaines et sociales (SHS) se sont réunis lundi 13 novembre 2017 à l’université Rennes 2 pour échanger sur la question de la valorisation et de l’innovation en SHS, dans le but d’ouvrir de nouvelles perspectives. « Nous avons mis en place une commission valorisation chargée de produire une stratégie car la situation actuelle ne nous satisfait pas. Nous souhaitons construire une valorisation des SHS conforme aux valeurs humanistes et politiques dans lesquelles nous nous reconnaissons », a déclaré en introduction le Président de l’université Rennes 2, Olivier David.

 

Indicateurs appropriés

Au cours de cette réunion de travail, les participants ont évoqué les obstacles auxquels se heurtent les SHS pour valoriser leurs travaux. « L’impact de la recherche en SHS n’est pas aussi direct que celui de la chimie des polymères par exemple, a déclaré Jacques Dubucs, directeur scientifique du secteur Sciences de l’Homme et de la Société, à la direction générale de la recherche et de l’innovation du ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation. C’est l’aspect contre factuel des SHS qui doit être considéré. Prenons le droit. Songez à ce qu’il se passerait s’il n’y avait pas de régulation normative et juridique : un certain nombre de choses utiles alors n’existeraient pas. » Les intervenants ont cherché des moyens de faire valoir leurs travaux : définir des indicateurs appropriés pour évaluer l’utilité sociale de la recherche en SHS, renforcer les liens avec les sciences et techniques de l’information et de la communication (STIC), trouver un vocabulaire commun, améliorer la visibilité des projets de recherche en étant présent sur le salon Innovatives SHS lancé par le CNRS et l'Alliance Athéna qui tiendra sa quatrième édition en 2019… La réunion a ainsi mis en lumière que si les initiatives sont nombreuses, elles manquent encore d’une filière adaptée.

 

Recherche partenariale

Yves Bonny, enseignant-chercheur en sociologie à l’université Rennes 2, a fourni des pistes de réflexion à partir du cas de l’université du Québec à Montréal (UQAM) qui a institutionnalisé le service à la collectivité comme la troisième grande mission de l’université, après la recherche et l’enseignement. L’UQAM a ainsi développé une expertise dans le domaine de la recherche partenariale, où les savoirs et les enjeux des chercheurs et de leurs partenaires sont pris en compte de façon paritaire. C’est un modèle dont veut s’inspirer l’université Rennes 2 qui réfléchit  actuellement à la création d’un service universitaire à la communauté. L’objectif : co-construire des projets de recherche avec les associations et les collectivités territoriales pour produire des connaissances porteuses d’innovations sociales.