Avatar Unité de recherche LiRIS

ManaGlobal

Normes de gouvernance globalisées et pratiques d'affaires locales en Afrique et sur la péninsule arabe : un état des lieux. Projet RISE financé par la Communauté européenne, Ulrike Schuerkens, professeure des universités en sociologie, coordinatrice du projet à l’Université Rennes 2

Ce projet analysera les modes de développement des entreprises multinationales ou en voie d'internationalisation d’origine africaine ou arabe dans les Suds. Il questionne 1/ leurs rapports de coopération et compétition, 2/ la circulation des savoirs sur la conduite des affaires au carrefour des cultures locales et de la mondialisation, 3/ les parcours professionnels des dirigeants (élites locales formées au Nord et cadres expatriés) et 4/ la pratique des affaires dans des contextes très réglementés où les règles de droit, les institutions juridiques formelles sont plus ou moins inopérantes. La mondialisation ne correspond pas à un modèle convergent de management. Les manières locales de réaliser des affaires sous-jacentes aux normes transnationales du pilotage d’entreprise restent largement sous-analysées. Ce projet éclairera le processus d’hybridation émergent dans ces grandes entreprises africaines et arabes.

L'enquête portera sur des entreprises situées dans cinq pays des Suds (Ghana, Sénégal, Maroc, Cameroun et les Émirats Arabes Unis) et mobilisera des données statistiques et financières, l‘analyse de la presse économique, des études de cas de deux entreprises situées dans les différents pays, des entretiens semi-directifs avec les dirigeants, les cadres dirigeants et les professeurs des business schools ainsi que l'exploitation des enquêtes des chercheurs locaux.

Les projets RISE se basent 1) sur l’échange du personnel parmi les participants qui peuvent être les entreprises locales au Sud et le monde universitaire ainsi que 2) l’échange avec des partenaires européens et le reste du monde. Le projet se base sur une combinaison de recherche et d’activités innovatrices. Le personnel ne sera pas recruté mais détaché à l’étranger pour une période de six mois à un an. Le personnel choisi aura travaillé au moins six mois dans la recherche ou dans des activités innovatrices avant le premier détachement. Des chercheurs sans doctorat, avec doctorat, du personnel du management et du secteur administratif et technique sont prévus.

La préparation du projet a bénéficié d'une subvention de la Région Bretagne (Boost Europe 2017) et de l'Agence Nationale de la Recherche (MRSEI 2016 - vague 3).