Colloque international "Poétique du récit migratoire"

18 octobre 2018 - 19 octobre 2018
Colloque / journée d'étude

 

 

 

 

               Poétique du récit migratoire

 

                    Colloque international

                     18-19 octobre 2018

 

         ERIMIT (EA 4327), Université Rennes 2
                              LASIMA

 

Programme

JOUR 1 : JEUDI 18 OCTOBRE 2018

8h30 – 9h00 Accueil

9h00 – 9h30 Discours d’ouverture

9h30 – 10h30 Conférence inaugurale : Waciny Laredj, romancier :  Migration (s) et roman (s) arabe (s), l'esthétique de la peur et du bonheur.

10h30 – 10h45 Pause-café

1e SÉANCE : IMAGE ET récit migratoire

Président de séance : Élisabeth Vauthier, Université Lyon 3

10h45 Lambert Barthélémy, Université de Poitiers : « Nous sommes tous des étrangers » : Stalker, art et migration.

11h05 Veronique Buyer, Université Paris 8 : Atemporalité de l’image-souvenir dans le court-métrage L’Odyssée d’Antigone de Dafné Kritharas.

11h25 Miloud Gharrafi, ERIMIT – Université Rennes 2 : Écrire le pays d'origine dans Les Balcons de la mer du Nord de W. Laredj.

11h45 Azzouz Aziza, École Supérieure des Sciences et Technologies du Design (Tunis) : Les immigrés tunisiens clandestins de la post-révolution tunisienne face à l’épreuve de l’oubli.

12h05 – 12h30 Discussion

12h30 – 14h00 Déjeuner

2e SÉANCE : LA PART DE LA FICTION ET DU RÉEL DANS LE RÉCIT MIGRATOIRE

Président de séance : Lambert Barthélémy, Université de Poitiers

14h00 Najeh Jegham, Université de Nantes : Le "dés-ordre" de l'Autre : étude comparée des romans Titanics africains d’A. Kahhal et de L’Archipel du Chien de Ph. Claudel.

14h20 Hilda Mokh, ERIMIT – Université Rennes 2 : Dispersés de Inaam Kachachi : une lutte contre l’oubli.

14h40 Przemysław Szczur, Université Pédagogique de Cracovie (Pologne) : Roman migratoire, roman « istorique » ? Les témoins de l'Histoire dans Le Journaliste français, Soleil fané et Les Guetteurs de vent de Tuyêt-Nga Nguyên.

15h00 – 15h15 Discussion

15h15 – 15h30 Pause-café

3e SÉANCE : LA MÉTAPHORE DE LA TRAVERSÉE

Président de séance : Martina Censi, ERIMIT – Université Rennes 2

15h30 Hassan Arabi, Université de Nador (Maroc) : La dernière frontière ou le rude chemin d’Eldorado.

15h50 Soukaina Elmoudden, Université de Nantes et Université Ibn Tofaïl (Kénitra, Maroc) : Pérégrinations méditerranéennes : la métaphore de la traversée méditerranéenne dans les récits d’Amin Maalouf.

16h10 Julio Zarate, Université Savoie Mont-Blanc (Chambéry) : L’enfer, le Mexique et la frontière : représentations et enjeux du parcours migratoire vers les États-Unis dans le roman mexicain contemporain.

16h30 – 16h45 Discussion

4e SÉANCE : L’ESPACE-TEMPS DANS LA REPRÉSENTATION MIGRATOIRE, 1ère partie.

Président de séance : Abdellatif Ghouirgate, Université de Nantes

16h45 Élisabeth Vauthier, Université Lyon 3 : Les objets de la migration, une clef de lecture des espaces en reconstruction.

17h05 Alla Zhuk, Université de Picardie Jules Verne (Amiens) : Chez soi comme à l’étranger : la poétique de la maison dans l’œuvre romanesque d’Andréï Makine (Le Testament français, 1995 et Requiem pour l’Est, 2001).

17h25 Kveta Kunesova, Université Hradec Kralove (République Tchèque) : Les enjeux du temps et de l’espace chez Dany Laferrière.

17h45 Mhamed Dahi, Université Mohamed V (Rabat, Maroc) : Représentation du tiers-espace dans le roman migratoire arabe.

18h05 – 18h20 Discussion

 

JOUR 2 : VENDREDI 19 OCTOBRE 2018

1e SÉANCE : L’ESPACE-TEMPS DANS LA REPRÉSENTATION MIGRATOIRE, 2ème partie.

Président de séance : Françoise Dubosquet, ERIMIT – Université Rennes 2

9h00 Pauline Champagnat, ERIMIT – Université Rennes 2 : Errances migratoires et identitaires dans Ponciá Vicênciode Conceição Evaristo.

9h20 Mireille Garcia, ERIMIT – Université Rennes 2 : Du régional à l’universel : mobilités, identité territoriale et topologie de l’espace dans l’œuvre de Luiz Ruffato.

9h40 Faisal Kenanah, Université de Caen : Espace et migration interne dans le roman Luṣūs mutaqāᶜidûn.

10h00 – 10h15 Discussion

2e SÉANCE : Le récit migratoire : une écriture sans frontières ? 

Président de séance : Mireille Garcia, ERIMIT – Université Rennes 2

10h15 Solenne Derigond, ERIMIT – Université Rennes 2 et Université de São Paulo (Brésil) : Fiction ou métarécit ? Dialogues du poète Marco Haurélio avec son œuvre.

10h35 Nassima Abadlia, Université Mohamed Lamine Debaghine Sétif 2 (Algérie) : Roman d’exil. Quelles stratégies d’écriture ? Dans Le Monde à côtéde Driss Chraïbi.

10h55 : Laurence Denooz, Université de Lorraine (Nancy) : Turbans et chapeaux. Un récit migratoire inversé. Étude des rapports interculturels entre humour et drame.

11h15 – 11h30 Discussion

11h30 – 11h45 Pause-café

3e SÉANCE : Esthétique de l’identité et de l’hybridité

Président de séance :  Farès Bentaleb, ERIMIT – Université Rennes 2

11h45 Emmanuelle Terrones, Université François Rabelais (Tours) : « Migrationsliteratur ? » : Dein Name de Navid Kermani.

12h05 Martina Censi, ERIMIT – Université Rennes 2 : Métafiction et construction identitaire dans Si je t’oublie, Bagdad (2009) de Inaam Kachachi.

12h25 Olivier Sécardin, Université d’Utrecht (Pays-Bas) : Poétique du récit migrant et hybridité culturelle.

12h45 – 13h00 Discussion

13h00 – 14h15 Déjeuner

4e SÉANCE : STRATÉGIES ET FORMES NARRATIVES DU RÉCIT MIGRATOIRE

Président de séance : Laurence Denooz, Université de Lorraine (Nancy)

14h15 Abdellatif Ghouirgate, Université de Nantes : Récits et discours dans le roman Taġrībat al-ᶜAbdī (La Geste d’al-‘Abdî), de Abderrahim Lahbibi.

14h35 Dima Samaha, Université Saint-Joseph (Beyrouth Liban) et CIELAM – Université d’Aix-Marseille : Stratégies narratives dans l’œuvre de Rabih Alameddine.

14h55 Ghada Hadad-Habib, Université de Lorraine (Nancy) : La narration fragmentée dansMaura à Madrid.                                                

15h15 – 15h50 Discussion

15h30 – 16h05 Pause-café

5e SÉANCE : Esthétique du Je et de l’autre dans le récit migratoire

Président de séance : Abdelfattah Nissabouri, ERIMIT – Université Rennes 2

15h45 Rodrigue Akpadji, Université Paris-Est Créteil et Université Paris-Sud : Voir l’Autriche à travers les yeux des Africains.

16hO5 Florence Bernard, CIELAM – Université d’Aix-Marseille : Poétique du récit migratoire dansÀ l’abri de rien d’Olivier Adam.

16h25 Djellal-Eddine Semaan, Université Mohamed Lamine Debaghine Sétif 2 (Algérie) : Représentations de la figure du migrant noir dans la littérature algérienne d’expression française et arabe.

16h45 –Discussion

6e SÉANCE : LES REPRÉSENTATIONS ESTHÉTIQUES DE L’ICI ET DE L’AILLEURS

Président de séance : Najeh Jegham – Université de Nantes

17h00 Ahmed Touba, Université Hassan II (Casablanca, Maroc) : Je n’ai pas vu les cascades d’en haut de Mohamed Miloud Gharrafi : esthétique d’un récit de la migration.

17h20 Monique Noël-Gaudreault, Université de Montréal (Québec, Canada) : L’immigration irlandaise du XIXe siècle en littérature de jeunesse : une étude de cas québécoise.

17h40 Santiago Guevara, Université Savoie Mont-Blanc (Chambéry) : La réinvention du récit migratoire en Los Caminos a Roma (1988) de Fernando Vallejo.

18h00– Discussion

18h15 Clôture du colloque

Appel à communication

La migration est exil, exode, errance ou mobilité choisie. Elle est dite, écrite, filmée et photographiée dans ses moments difficiles ou heureux. A chacune de ces formes son propre récit, son propre langage qui dit le départ, la traversée, l’arrivée, le naufrage, l’Autre, la nostalgie, la mémoire, l’amour, la mort, le retour, le corps, le cadavre…Et à chaque récit une tonalité singulière selon la forme langagière qu’il prend et selon ce qu’il met en scène parmi tous ces topos.

Les études relatives à la migration en littérature sont nombreuses. La terminologie en est florissante : littérature de l’émigration, de la migration, de l’immigration, littérature migrante, littérature d’exil, etc. Autant d’appellations qui portent sur les représentations du phénomène migratoire dans les textes littéraires mais qui disent en même temps la complexité du phénomène et les problèmes méthodologiques qu’il pose. Ainsi trouve-t-on sous la formule québécoise littérature migrante aussi bien les œuvres qui portent sur la thématique de la migration que celles qui sont tout simplement le fait d’écrivains migrants qu’elles soient ou non relatives au thème de la migration. De même, on trouve sous celles d’émigration ou d’immigration tout ce qui relève de ce phénomène sans distinction entre les textes portant sur le départ et ceux qui portent sur l’arrivée ou le retour du sujet migrant.

Par ailleurs, la plupart de ces études privilégient l’approche thématique réduisant parfois le récit migratoire à un document historique ou sociologique. Certes, à cause de sa dimension autobiographique et ses trames inspirées du réel, le récit migratoire est intimement lié à des faits historiques, géopolitiques et sociaux. Mais rien de tout cela ne devrait faire oublier ses qualités littéraires et esthétiques. Le récit migratoire, en littérature comme dans les arts, porte ses caractéristiques narratives et spatio-temporelles qui bousculent parfois les frontières entre les genres et les codes artistiques à l’intérieur d’un même genre.

Comme le souligne un spécialiste de la littérature de la migration (Daniel Charnier), quand il s’agit de littérature et de l’art, « il faut arriver, tout en tenant compte des autres disciplines, à une explication et à une évaluation qui soit d’abord esthétique, sans quoi l’histoire littéraire ne retiendra le phénomène que pour sa dimension politique et sociale, sans arriver à jauger la valeur artistique des œuvres qui en font partie ».

C’est cette valeur esthétique du récit migratoire que le colloque propose de mettre en œuvre.

Il portera sur la migration contemporaine en littérature. Mais d’autres domaines artistiques (cinéma, photo, bande dessinée, etc.) peuvent être traités.

 

Pourront être abordés les axes suivants :

Les stratégies et les formes narratives du récit migratoire.

Les représentations esthétiques de l’ici et de l’ailleurs.

La métaphore de la traversée clandestine (la mer, le désert, les barbelés…).

La part de la fiction et du réel dans le récit migratoire.

L’espace-temps dans la représentation migratoire.

Le sujet migrant et l’image (télévision, cinéma, photographie, tag…)

Le tragique et le comique dans le récit migratoire.

Les formes intertextuelles dans le récit migratoire.

 

Appel à communication complet

 

Informations pratiques
Campus de Villejean (Rennes)

MSHB
Amphi Robert Castel

18 octobre 2018 - 19 octobre 2018
Contact

Miloud Gharrafi
miloud.gharrafi [at] univ-rennes2.fr