Colloque "Dislocation des empires : les perdants de l’histoire"

03 juin 2010 - 04 juin 2010
Colloque / journée d'étude
Otto Dix, Prager Straβe, 1920

Le GREGS (Groupe de recherche et d’études germaniques et slaves), composante de l’Érimit (équipe de recherche Interlangues, Mémoire, Identité, Territoire - EA 4327 / UFR langues) organise le colloque international "Dislocation des empires : les perdants de l’histoire", les 3 et 4 juin 2010 à l’université Rennes 2.
Cette manifestation scientifique contribuera, pour l’espace germanophone, à l’étude des formes de perception et de représentation des grands bouleversements historiques du XXe et du XXIe siècle à travers le regard des "petites gens" ou prêté à ces "petites gens".

 

Présentation :
Ce colloque part du constat que les mutations de tout ordre que connaissent l’empire des Habsbourgs et l’empire wilhelminien dès le XIXe siècle ont abouti à laisser à la marge certaines franges de la population comme la paysannerie qui, la première, a subi de plein fouet les conséquences de la révolution industrielle et de l’urbanisation.
A ces exclus de la première heure vient s’ajouter avec le choc de la Première Guerre mondiale, l’agitation révolutionnaire (mouvement spartakiste en Allemagne, expérience de la Vienne rouge en Autriche) et le démantèlement autant territorial que politique des empires allemand et autrichien toute la cohorte des victimes physiques et sociales (motifs récurrents du mendiant dans la littérature expressionniste et de l’invalide de guerre dans la peinture de la Nouvelle Objectivité), bientôt rejointes entre les deux guerres par le personnage du "petit", paupérisé par la crise économique mondiale, déclassé et en quête de nouveaux repères idéologiques.
Pour compléter ce tour d’horizon des perdants de l’histoire, on prendra évidemment en compte au sortir de la Seconde Guerre mondiale les victimes cette fois géographiques, à savoir les populations allemandes expulsées des anciens territoires du Reich ("Heimatvertriebene"), mais aussi les anciens combattants et rapatriés tardifs ("Kriegsheimkehrer"), incapables de se réinsérer dans la société de l’après-guerre, dont Borchert, avec sa pièce radiophonique Dehors devant la porte (Draußen vor der Tür), mais aussi Heinrich Böll ont su transcrire le désarroi.
Enfin, plus près de nous, l’effondrement de l’URSS et des pays de l’Est, dont la RDA en particulier, a vu l’apparition d’une nouvelle "classe" d’exclus, comprenant tous les laissés pour compte de la nouvelle croissance, qui sont venus s’ajouter aux exclus d’un certain type de libéralisme économique (nouveaux pauvres et SDF).

L’optique de ce colloque, qui croisera les approches, puisqu’il compte parmi les intervenants des civilisationnistes, des littéraires et des spécialistes de l’image (peinture, cinéma), sera donc d’étudier de manière diachronique la manière dont la dislocation des empires est perçue en quelque sorte "d’en bas" et dans quelle mesure les "petits" la subissent ou, au contraire, savent en tirer parti. On s’intéressera, ce faisant, à l’identité forcément mouvante de tous ces perdants, puisque liée aux avatars de l’histoire, mais aussi aux modes d’appréhension et de représentation de ces derniers entre froide objectivité, réalisme, misérabilisme, mais aussi transfiguration.


Responsable scientifique : helene.boursicaut [at] univ-rennes2.fr (Hélène Boursicaut)
 



Visuel : Otto Dix, Prager Straβe, 1920

Informations pratiques
Campus de Villejean (Rennes)

amphi L3, bâtiment L

métro Villejean-Université

03 juin 2010 - 04 juin 2010
Contact

Cellule recherche de l’UFR langues
laurence.bouvet-leveque [at] uhb.fr (Laurence Bouvet-Lévêque) / 02 99 14 15 50